Page d’accueil


Saint François de Sales

Ouverture

« Soyez ce que vous êtes, mais soyez le bien »

Lors de sa première mission en Chablais, alors terre protestante, François est soucieux de l’homogénéité religieuse, garante de l’unité d’un État. Les portes de Genève lui étant closes, il imagine alors de distribuer aux habitants des libelles durant quatre années afin de les toucher au cœur.

 

Ces feuilles volantes, rédigées sous la forme d’une dialectique charmeuse et la moins polémique possible, furent ainsi les prémices de la presse moderne. La déontologie en était exigeante et fondée sur une grande rigueur documentaire, ce qui lui confèrera le patronyme de Saint Patron des Journalistes.

Humanisme

« Le monde est né de l’amour, il est soutenu par l’amour, il va vers l’amour et il entre dans l’amour »

En l’an 1595, François, tout ému par la sincère contrition d’un soldat qui s’était confessé à lui, lui demanda de réciter un Pater et un Ave pour pénitence. Surpris par la légèreté de celle-ci, le soldat se mit à protester :


« Oh mon Père ! Voudriez-vous me damner en m’imposant une si légère pénitence pour tous mes péchés ?


– Mais non, répondit François, ayez confiance en la miséricorde divine qui est bien plus grande que tous les péchés que vous auriez pu commettre ; pour ce qui regarde votre pénitence, ne vous en préoccupez point, c’est moi qui penserai à la compléter. »

Spiritualité

« Fleuris là où tu es planté »

Le pape Benoît XVI qualifie d’œuvre majeure le Traité de l’amour de Dieu de François de Sales: « Dans cette superbe œuvre littéraire, François traite de l’union entre Dieu et l’homme, en offrant une profonde méditation de la volonté humaine… ».

 

Il conclut en affirmant qu’aujourd’hui, dans une période « en recherche de liberté, malgré violences et inquiétudes, l’actualité de ce grand maître spirituel et pacificateur a confié à ses disciples l’esprit de liberté, cette liberté véritable qui culmine dans l’enseignement total de la réalité de l’amour… »

3 valeurs, déclinées en 3 projets

« C’est le meilleur de ne rien désirer et de ne rien refuser »

Lors de sa première mission en Chablais, alors terre protestante, François est soucieux de l’homogénéité religieuse, garante de l’unité d’un État. Les portes de Genève lui étant closes, il imagine alors de distribuer aux habitants des libelles durant quatre années afin de les toucher au cœur.

 

Ces feuilles volantes, rédigées sous la forme d’une dialectique charmeuse et la moins polémique possible, furent ainsi les prémices de la presse moderne. La déontologie en était exigeante et fondée sur une grande rigueur documentaire, ce qui lui confèrera le patronyme de Saint Patron des Journalistes.

« Les grandes œuvres ne sont pas toujours en notre chemin, mais nous pouvons à toutes heures en faire de petites excellemment »

Afin d’assurer une diffusion de l’œuvre humaniste de Saint François de Sales la plus large possible, ces implantations à l’international animent et diffusent directement dans les communautés et auprès des habitants la pensée de Saint François de Sales. Elles sont en lien avec les tours opérateurs pour la gestion des pèlerinages.

« Le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit »

Fer de lance du projet Héritage Salésien, ce lieu de pèlerinage et de spiritualité œcuménique, au cœur même de son territoire d’origine à Thorens Glières, a pour ambition d’attirer 1 million visiteurs d’ici 5 ans. Pensé pour accueillir salésiens, chrétiens de tous horizons et laïcs, le centre mondial représente un projet colossal, comprenant entre autres :
un grand musée Saint François de Sales, un centre culturel, un centre de conférence, des hébergements hôteliers.

Découvrez le projet en vidéo